Un papa au foyer « Samueletgaspard »

Je te propose de découvrir l’interview avec Samuel un papa au foyer qui a choisi de prendre soin de son petit garçon en passant totalement son temps avec lui.

Bonjour Samuel, est ce que tu peux te présenter à nous même si je pense que beaucoup te reconnaitront? 

Bonjour, je m’appelle Samuel, j’ai 23 ans et je suis père au foyer. Mon fils Gaspard a aujourd’hui 20 mois et je suis marié avec Lea que certain.e.s connaissent sous le pseudo de Jenesuispasjolie.  

J’ai décidé d’arrêter mes études de médecines pour me concentrer sur l’éducation de mon fils il y a maintenant un an et je partage depuis notre quotidien sur mon compte Instagram SamueletGaspard. 

Peux tu nous expliquer vos choix éducatifs avec Léa? 

Le choix qu’on a fait, pour nous ce n’est pas un choix mais une évidence. Nous avons décidé de respecter notre enfant, tout simplement. Respecter son rythme, respecter sa façon de penser et d’évoluer, respecter ses opinions et les considérer comme égaux aux notre mais surtout respecter ses besoins. L’écouter, le rassurer mais aussi lui permettre de devenir autonome, libre. Tout cela ça passe par exemple (mais pas obligatoirement) par l’allaitement, le portage, le cododo, la diversification alimentaire menée par l’enfant etc … Chez nous pas de punition, de chantage, de menaces ou de reprimandes, pas de grosses voix, pas de peur, pas de « crise » ni de « caprices », juste trois personnes qui ont des besoins différents à des moments différents et qui doivent s’accorder pour vivre en harmonie.

Etiez-vous déjà sur la même longueur d’onde avant l’arrivée de Gaspard?

Léa a toujours été très intéressée par les thématiques de l’éducation, du respect des enfants, des neurosciences etc etc… c’est en fait elle qui m’a fait découvrir toutes ces notions. Pendant sa grossesse, j’ai petit à petit commencé à me renseigner, à lire etc et j’ai pu, avec elle, construire une vision globale de ce qu’on voudrais faire avec Gaspard.

Est ce que c’est plus difficile à mettre en place au quotidien que ce que tu imaginais?

Non honnêtement c’est même de plus en plus facile. Quand on commence à prendre la route du lâcher prise et qu’on sort des dogmes qu’on a connu nous même enfants, on se rend compte que de vivre avec un enfant, c’est facile. Si on l’écoute il nous explique, si on le respecte, il nous respecte… Le plus difficile c’est de gérer la distance des différentes « méthodes » et le regard des autres.

As tu dû faire un travail sur toi vis à vis de l’éducation que tu as reçu? Si oui, quels conseils tu pourrais donner à un papa qui ne veut pas reproduire le schéma éducatif qu’il a reçu? 

Honnêtement j’ai eu une enfance heureuse, j’ai 3 frères et je sais que mes parents ont fait du mieux qu’ils pouvaient. Bien sûr j’ai été puni, mes parents m’ont grondé etc mais ils n’avaient pas les informations que l’on a maintenant, en tout cas c’était plus difficile de s’informer.

La première chose à faire pour moi lorsqu’on est dans cette démarche de remise en question, c’est de régler les choses qui n’ont pas été réglées avec soi-même, avec ses parents, les proches etc… C’est très important de soigner l’enfant qui est en nous avant de s’occuper des siens. 

Selon toi, répondre aux besoins de l’enfant demande des sacrifices? 

Non, répondre aux besoins de l’enfant ne demande pas de « sacrifice » mais par contre cela demande des compromis. L’enfant a des besoins, j’ai des besoins aussi. Comment peut on s’organiser pour que nos besoins puissent être satisfaits et que nous puissons vivre en harmonie. C’est ça la question à poser. Je n’ai jamais eu l’impression de « sacrifier » quoi que ce soit pour Gaspard et au contraire je trouve que notre relation m’apporte énormément.

Tu es un papa au foyer qui l’a choisi avec fierté, est ce que tu peux nous expliquer ce qui te motive chaque jour à rester au foyer avec Gaspard? 

Ce qui me motive, c’est de voir à quel point Gaspard est épanoui dans ce système où il est complétement libre. C’est une chance de pouvoir être parent au foyer dans cette société et j’en profite à fond. Je suis très fier de m’occuper de mon fils, de mon foyer, de faire les repas, les machines etc. Parce que c’est dur et que peu de personne ne le réalise. C’est un plaisir de voir à quel point il s’épanouit dans ce fonctionnement . 

Pour toi, un papa peut il avoir la même place qu’une maman auprès de l’enfant? Je veux dire en tant que figure d’attachement?

Bien sûr, d’ailleurs pour moi il n’y a pas qu’une seule « figure » d’attachement. Bien entendu la mère a une place centrale lorsqu’elle est là, elle porte l’enfant, l’accompagne dans son arrivée sur Terre, lui donne le sein etc… Cependant un père peut tout à fait aussi être la figure d’attachement de l’enfant, comme peuvent l ‘être deux papas, deux mamans, les parents solos etc etc. Tout est question d’écoute et de bienveillance. Si l’enfant est sécurisé et ses besoins sont entendus, il tissera des liens plus forts que tout. 

Qu’est ce que tu penses des VEO? 

Les Violences Educatives Ordinaires, au délà d’être interdites par la loi, sont des pratiques qui détruisent le cerveau de l’enfant, littéralement. C’est prouvé scientifiquement, c’est une certitude aujourd’hui, les comportements et paroles violentes blessent les enfants au plus profond de leur cortex. Donc bien sûr, les VEO doivent disparaitre mais encore faut il donner les outils aux parents pour faire autrement ! Je trouve que le courant de la parentalité bienveillante (et donc anti-VEO) dérive parfois vers la moralisation des parents pratiquant les VEO. Pourtant au contraire c’est tous ensemble que nous devons chercher les solutions, reconstruire une politique familiale respectueuse et moderne, basée sur les sciences et la positivité. 

Comment fais tu si tu sens en toi monter des sentiments négatifs qui pourraient te conduire à ne pas être bienveillant envers Gaspard? 

Première chose, exprimer mes besoins. En exprimant mes besoins à Gaspard, je libère énormément de stress et de tensions puisque je met des mots sur mon ressenti, sur mes émotions. Si ça ne suffit pas, je passe le relais à Léa si elle est là, je m’isole et je trouve des formulations pour expliquer clairement mes sentiments. Après pour être honnete ça ne m’arrive quasiment jamais, mais c’est toujours une éventualité et il faut vraiment chercher à décortiquer nos émotions pour trouver le besoin qui s’exprime derrière.

Qu’est ce que tu peux conseiller à un papa qui aimerait vraiment de tout son coeur réussir à ne pas avoir recours aux VEO mais qui malgré lui en pratique? 

Se poser les bonnes questions. Qu’est ce qui m’empêche d’être bienveillant ? Est ce que j’ai toutes les informations nécessaires pour réussir, est ce que j’ai tous les outils ? Ensuite se faire AIDER, il n’y a pas de honte à aller chercher de l’aide extérieure au foyer pour trouver des solutions. Groupes facebook, sites internet, comptes Instagram etc… tout ça peut permettre aujourd’hui de trouver des solutions. 

Tu es un adepte du portage, quels sont les bienfaits pour Gaspard? 

Le portage ça a des centaines de bienfaits. Gaspard est rassuré en écharpe, il s’endort dedans, il se calme, s’apaise, récupère lorsqui’il est malade etc etc… Pour moi le portage m’a permis de me rapprocher de cet instinct parental que j’ai découvert. En plus de ça grace au portage j’ai pu emmener Gaspard dans des endroits incroyables qui étaient inaccessibles en poussettes.

Un moyen de portage chouchou ? 

J’adore le Cliptsy Moloko de chez Ptitsy Moloko ! 

La DME pour toi n’a pas de secret, est ce que tu peux nous expliquer le principe? 

La diversification menée par l’enfant, c’est laisser l’enfant libre de découvrir les aliments de façon simple, ludique et logique. Au départ, lorsque l’enfant se tient assis correctement (vers 6 mois), on propose des petits batonnets très mous de fruits ou légumes puis on diversifie petit à petit mais en laissant l’enfant gérer seul ses repas. Ca permet de découvrir les aliments réel (pas mixés avec 50 autres) mais aussi de se rapprocher de ses sensations de faim et de satiété.

Beaucoup de parents sont retissants par peur de l’étouffement, que peux tu nous dire à ce sujet? 

En fait les enfants ont ce qu’on appelle un reflexe nauséeux qui leur permet d’extraire un aliment qui se serait dirigé vers la trachée. Ce réflexe est d’autant plus efficace qu’il est stimulé, or, il est stimulé lorsque l’on mange des morceaux, pas du mixé. Ainsi c’est en mangeant des morceaux qu’on permet à ce reflexe de rester efficace. Cependant il faut quand même connaitre les gestes de premiers secours au cas ou (pour tous les parents ça me semble pertinent). 

As tu quelque chose à partager qui te tient à coeur et dont on a pas encore parlé? 

Pas spécialement, simplement dire que la culpabilité est souvent présente quand on parle éducation et pourtant, l’intérêt de ces reflexions, c’est de nous tirer tous et toutes vers le haut, dans la tolérance et le respect de chacun.e. 

Merci Samuel d’avoir pris la parole et de nous livrer ta vision de la paternité.

Si tu veux découvrir le quotidien de cette jolie famille, je te met le lien de leur Instagram samueletgaspard ! Tu devrais beaucoup apprécier 🙂

A bientôt dans le prochain interview <3